Share

Victime d’insultes racistes et de menaces de mort, la semaine dernière, pour avoir manqué un penalty contre les Wolves, le macunéen Paul Pogba a envoyé un message fort aux troupes de la haine.

Par le biais de son compte Twitter, le champion du monde a poste une image de lui tenant dans les bras son fils métis et en arrière-plan un portrait de Martin Luther King.

En quelques mots, le Français a résumé l’essence de son combat, infligeant une baffe aux racistes qu’il considere comme des ignorants. « Racists drive me to fight for next generations ». Ce qui se traduit par ‘les racistes me motivent à me battre pour les générations à venir’.

Se disant reconnaissant à ses ancêtres et à ses parents, qui par leur lutte lui ont permis de prendre le bus et de jouer librement au football, Paul Pogba dit se sentir obligé de continuer ce combat contre le racisme pour les générations futures. Ce combat, pour ce qui ressort du message du joueur est aussi celui contre l’ignorance et pour la liberté.

Ainsi, au lieu d’être abattu comme l’auraient souhaité les racistes qui s’en prennent à lui, le numéro 6 de Manchester United, bien qu’il condamne les actes motives par le racisme, voient en eux un effet de motivation supplémentaire qui montre que le serpent de la haine et de la barbarie n’est pas mort et l’Europe n’a pas fini avec ses vieux démons.

Le message de Paul Pogba est publié le lendemain des attaques racistes contre Marcus Rashford, qui lui aussi a été victime de la haine et d’abus racistes sur les réseaux sociaux pour avoir comme Pogba manque un penalty, ce samedi, en match de premier league contre Crystal Palace. Malheureusement pour lui la rencontre s’est soldée par la défaite (2-1) de Manchester United. Au vu de ce résultat, la horde des supporters haineux s’est déportée sur les réseaux sociaux pour insulter le joueur.

La semaine dernière, Rashford, métis de père blanc et de mère noire, avait publiquement soutenu Paul Pogba. Il avait alors déclaré sur les réseaux sociaux que ‘Manchester United est une famille. Toucher à un membre de cette famille revient à toute la famille’.

Au-delà des 2 joueurs de Manchester United, Paul Pogba et Marcus Rashford, il est récurrent que des joueurs noirs soient la cible d’invectives racistes dans les tribunes et sur les réseaux sociaux. Dans la même semaine, Tammy Abraham de Chelsea et Yakou Meité de Reading ont fait les frais des supporters racistes.

Il faut dire que la Grande-Bretagne est empêtrée dans une crise politico-économique suite au vote favorable au Brexit. Les horizons ne semblent pas reluisants pour cette ile. Ainsi, comme a l’accoutumée, les minorités visibles deviennent les cibles préférées des frustrés de tous bords et de tous les hommes de petite foi qui déversent sur ces populations vulnérables le vénin de leurs rancœurs.

C’est donc une évidence que le mal est plus profond que le simple manque d’éducation comme le suggère Paul Pogba. La plaie va au-delà des stades de football et des supporters véreux. La Grande-Bretagne et l’Europe sont en crise. Une crise qui fait remonter à la surface les vieux démons et les vieux instincts xénophobes.

Par Serge Daniel Atteby

Facebook Comments
Share

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other