Dogbo Blé, Séka Séka, Katé Gnatoa et Mory Sakanoko inculpés pour la mort du général Guéï en 2002

Share

ABIDJAN – Quatre officiers ivoiriens des FDS (Forces de Défenses et Sécurité) ont été inculpés pour l`assassinat du général Robert Gueï, ex-chef de la junte tué le 19 septembre 2002, jour du déclenchement de la rébellion contre M. Gbagbo, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Le commandant Anselme Seka Yapo a été inculpé d`assassinat. Le général Brunot Dogbo Blé, le lieutenant-colonel Katé Gnatoa et le capitaine Mory Sakanoko ont été inculpés de complicité d`assassinat, a précisé le procureur militaire Ange Kessi.

Les quatre militaires poursuivis pour l`assassinat du général Gueï, qui fut au pouvoir de 1999 à 2000, sont actuellement en détention.

Arrêté le 15 octobre 2011, le commandant Séka Yapo, dit Séka Séka, a été le responsable de la sécurité rapprochée de l`ex-Première dame Simone Gbagbo. Accusé d`être lié aux escadrons de la mort, des groupes accusés d`exécutions extrajudiciaires sous la présidence Gbagbo, il a été interrogé dans le cadre de l`enquête sur la disparition du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer en 2004 à Abidjan.

Le général Dogbo Blé, ex-commandant de la redoutée Garde républicaine est détenu depuis avril 2011, il a été inculpé en juillet de génocide et doit être jugé à partir de mardi avec une quarantaine de militaires pro-Gbagbo poursuivis pour des crimes commis durant la crise postélectorale (décembre 2010-avril 2011). La crise a fait quelque 3.000 morts et s`est achevée, après deux semaines de guerre, par la chute de Laurent Gbagbo, capturé par l’armée française.

Surnommé le père Noël en treillis, Robert Gueï a dirigé la junte militaire installée après le coup d`Etat du 24 décembre 1999. Il avait été vaincu par Laurent Gbagbo à la présidentielle d`octobre 2000 et chassé du pouvoir par la rue alors qu`il tentait de s`y maintenir.

ivoiriens de l'étranger

Le général Guéï avait été assassiné, ainsi que son épouse, le 19 septembre 2002, jour du coup d`Etat manqué contre Laurent Gbagbo, qui avait entraîné la prise de contrôle du nord du pays par une rébellion.
Robert Guéï avait été accusé par le gouvernement de Gbagbo d`être derrière ces troubles. Les partisans de Guéï attribuaient en retour au pouvoir la mort de leur chef, ce que le camp Gbagbo a toujours récusé.

Le parquet militaire avait ouvert une enquête le 11 septembre dernier, à la suite d`une plainte de la famille et des ayants-droit du général Gueï, afin d`éviter la prescription décennale qui devait intervenir quelques jours plus tard.

L`ex-président Gbagbo avait promis, sans suite, l`ouverture d`une enquête sur la mort du général Gueï, dont le parti, l`Union pour la démocratie et pour la paix en Côte d`Ivoire (UDPCI), est un allié du chef de l`Etat Alassane Ouattara.

Soupçonné par la Cour pénale internationale (CPI) d`être coauteur indirect de crimes contre l`humanité commis durant la crise de 2010-2011, Laurent Gbagbo, arrêté le 11 avril 2011 à Abidjan, est détenu depuis fin 2011 à La Haye.

Simone Gbagbo est incarcérée à Odienné, dans le Nord ivoirien, depuis avril 2011.

Info: AFP

Facebook Comments
Share

Le Magazine de la Diaspora Ivoirienne et des Ami(e)s de la Côte d’Ivoire

Rédaction de Diaspora Cote d'Ivoire, Senior Editor: Daniel Atteby, Art Director: Sara A. Email: info@ivoirediaspo.net, Skype: gethsemane7

2 réflexions sur “Dogbo Blé, Séka Séka, Katé Gnatoa et Mory Sakanoko inculpés pour la mort du général Guéï en 2002

Commentaires fermés.