La diaspora ivoirienne de France échange avec le maire de Lakota

Invité par les fils et filles de Lakota vivant en France, le premier magistrat de la commune, monsieur Samy Merhy est rentré à Abidjan, ce week-end, après un séjour satisfaisant. Il a été honoré par la forte mobilisation de la diaspora ivoirienne depuis l’engouement suscité autour du concert dédicace (samedi 08 juin 2019) de l’artiste chanteur Abalé Tawalé dont il était le parrain, jusqu’aux audiences accordées aux associations.

« Je vous remercie pour cette grande mobilisation. Je connais la France et ses réalités. Mais malgré cela, vous avez tenu à ce que je sois avec vous et vous avez accepté de sacrifier vos heures de travail pour être là. C’est une grande marque d’affection et d’attachement à la cause de notre commune (…) votre démarche me touche et je vous promets de toujours travailler avec vous tous, main dans la main dans l’unité, pour le développement de notre Lakota…», s’est exprimé le maire Samy Merhy. C’est dans cette optique de développement que monsieur Goli Nanebo Paul, le chef des chefs du département de Lakota et membre de la Chambre des Rois de Côte d’Ivoire, membre de la délégation du maire en France a appelé à l’union autour de l’élu, un élément incontournable, pour un développement certain de la ville.

« Je suis venu également vous apporter les nouvelles fraiches du pays. Tout se passe très bien dans notre chère Côte d’Ivoire. Les bruits que vous entendez, ne sont pas vrais… Pour ce qui est des élections présidentielles de 2020, je vous rassure qu’il n’y aura rien. Notre Président, SEM Alassane Ouattara et le gouvernement Coulibaly Gon font tout pour nous garantir des élections apaisées et nous devons leur faire confiance… », a conclu le maire de Lakota, monsieur Samy Merhy.

Signalons que cette invitation du Maire et de sa délégation est à l’initiative de l’association «J’aime la Côte d’Ivoire» dont le président est Monsieur Abalé Tawalé. Avec elle, les autres associations notamment l’Association des filles de Lakota et l’Association Agaloh, des filles du grand Lakota entendent contribuer au développement de Lakota. Elles ont déjà en projet, des constructions immobilières, des fonds d’aides pour les jeunes filles, la construction d’orphelinat. Elles promettent également de faire venir du matériel médicalisé (lits, fauteuils) et bien d’autres choses après leur fête de charité prévue en novembre prochain.

 

C. P. à Paris

Lancement de » CDC Épargne Diaspora «
vote-diaspora-ivoirienne--londres-uk

vote-diaspora-ivoirienne--londres-uk Le ministre de l’économie et des finances, Adama Coulibaly a procédé, ce 13 octobre à Read more

La transformation du cacao ivoirien s’intensifie
Cacao,cacao ivoirien

Le groupe américain Cargill et le gouvernement sont à l’œuvre pour installer en Côte d’Ivoire la plus grande usine mondiale Read more

Décès de Toutoukpé Bruno
toutoukpe bruno

L’Équipe de IvoireDiaspo est lourdement attristée par le décès de Toutoukpé Dangba Bruno, survenu le 27 août 2019 à Londres, en Read more

Diaspora: libération des ivoiriens arrêtés et convoyés dans le désert
ivoirediaspora

Un reportage vidéo de la radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) sur la libération des ivoiriens arrêtés et convoyés dans le désert.

TOUT SAVOIR SUR LE PROCÈS D’ALAIN LOBOGNON

Pourquoi les avocats d’Alain Lobognon ont claqué la porte du tribunal, le préalable qu’ils ont posé

L’ex-ministre des Sports, Alain Lobognon, a dénoncé un procès politique dont il est victime
Le député de Fresco, Alain Lobognon, a été condamné par le tribunal d’Abidjan, où il a comparu, ce mardi 29 janvier 2019, sans ses avocats. La défense de l’ex-ministre des Sports a claqué la porte de l’audience sur un préalable rejeté par le juge.

C’était très chaud au tribunal d’Abidjan, ce mardi 29 janvier 2019. L’audience de l’ex-ministre des Sports, Alain Lobognon, député de Fresco, a viré presqu’en une partie d’empoignades verbales entre la défense du mis en cause et l’accusation. Les avocats de l’élu, après avoir provoqué une suspension temporaire de la séance, ont claqué la porte du tribunal, refusant de cautionner ce qu’ils considèrent comme étant une violation des droits de l’accusé.

Les Conseils de l’ancien ministre des Sports ont exigé, en effet, que soit pris en compte le statut du mis en cause. Ils évoquent, à ce sujet, les dispositions de l’article de la loi 201 du 16 juin 2005, qui stipule que les anciens présidents de la République, chefs d’Etat, présidents d’institution et membres du gouvernement ne peuvent être poursuivis que par une procédure spéciale, même pour les cas de flagrants délits. La seule exception étant qu’ils soient accusés d’une atteinte à la sûreté de l’Etat. Pour n’avoir pas été suivis, les avocats du député ont quitté la salle de l’audience où se poursuit le procès.

En effet, pour l’accusation, il est hors de question que le mis en cause, poursuivi pour un flagrant délit, bénéficie d’une procédure spéciale. Elle a requis que le député soit jugé comme un simple prévenu qui a porté entorse aux lois ivoiriennes. Mieux, le parquet exigera que le député ôte l’écharpe qu’il porte, indiquant que le Bureau de l’Assemblée nationale n’est pas compétent pour demander une suspension de la procédure judiciaire. Pour l’accusation, il ne devrait y avoir aucun débat sur le flagrant délit dont accusé le député de Fresco, puisque le tweet mis aussi cause était encore en ligne jusqu’à 12h45, au moment même où l’audience continuait de suivre son cours.

La réplique des avocats ne s’est pas fait attendre. La défense de M. Lobognon, en montant au créneau, commencent par demander que le procureur Richard Adou, qui a ordonné son arrestation, comparaisse également. La raison évoquée. « Il est à la fois témoin et plaignant », ont-ils démontré avant d’attaquer la forme du procès, en invoquant la loi 2005 – 201 de juin 2005.

Mais, ils ne seront pas suivis par le président du tribunal, qui décide de joindre les exceptions à cette loi et de poursuivre le fond du dossier. Les avocats se révoltent. L’audience est suspendue momentanément. A peine une heure après, il reprend. Le juge poursuit sur sa lancée. Les avocats quittent la salle d’audience. Le prévenu décide alors de plaider « total silence ». S’en suit une autre suspension de courte durée. Les avocats montent encore au créneau. « Vous avez l’obligation de vider votre saisine sur les exceptions. Tant que votre saisine n’est pas vidée, nous avocats, nous attendons dehors.

Sur ces mots, les Conseils du ministre désertent à nouveau la salle. Le procès se poursuit sans les avocats du prévenu. Celui-ci use de son droit de silence devant les magistrats et fait le sourd face aux questions du procureur. Quand il intervient pour attendre son verdict, c’est juste pour dénoncer qu’il est victime d’un « procès politique » et de rappeler ses droits conformes à son statut devant la loi, notamment le Constitution ivoirienne.

L’article intégral dans linfodrome.com

Patrick Achi épinglé par les Pandora Papers

[caption id="attachment_9350" align="alignleft" width="300"] la prison d'abidjan

Le secrétaire général adjoint du front populaire ivoirien (FPI), Koua Justin, a été Read more

Affaire Simone Gbagbo/ La CPI abandonne les poursuites
SimoneGbagbo

Affaire Simone Gbagbo/ Selon l'Agence APA, la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé jeudi l'abandon du mandat d'arrêt visant Simone Read more

Réunion de travail de Gbagbo le vendredi 30 juillet
laurent gbagbo libere

Le Président Laurent Gbagbo convie les personnalités dont les noms suivent, à une rencontre le vendredi 30 juillet 2021 à Read more

IvoireDiaspo